Casque audio Sony WH-1000XM3, et le silence fut

Présenté lors du dernier salon IFA, le Sony WH-1000 se voit désormais disponible dans sa 3ème itération nommée logiquement WH-1000 XM3. Ses nombreux atouts le placent-ils d’une position de challenger à celle du nouveau champion de la réduction de bruit active ?

Le 1000XM2 de Sony nous avait déjà emballé de par ses améliorations par rapport au 1000X. Avec le dernier opus de cette gamme, logiquement nommé 1000XM3, c’est le choc ! La réduction de bruit atteint un niveau que nous ne connaissions pas jusqu’alors.

La boite du casque contient une jolie housse rigide zippée et recouverte de tissu ainsi qu’une documentation réduite à l’essentiel. Le dessus de la housse reçoit  un filet pour y glisser un câble de recharge ou tout autre petit élément.

Le contenu s’avère minimaliste, à savoir un câble (très court) de recharge USB-A / USB-C, un câble audio jack/jack ainsi qu’un adaptateur avion.

C’est tout ? Oui et non, car l’autre partie importante se trouve dans l’app Headphone Connect (iOS et Android) qu’il faut télécharger avant d’appairer le casque avec son smartphone ou sa tablette. Nous avons eu ainsi droit à la dernière version du firmware qui inclut l’assistant vocal Alexa avec lequel le casque est compatible, en plus de Google Assistant. Il est d’ailleurs assez simple de passer de l’un à l’autre depuis l’app.

Mais le plus important réside dans le contrôle de la réduction de bruit avancée. Cette dernière est en effet adaptative en fonction de votre environnement et ajuste automatiquement le bruit ambiant en fonction de votre activité : à l’arrêt, marche, course ou en transports. Et les différences sont flagrantes.

Par ailleurs, il est possible de personnaliser le niveau de réduction de bruit et de l’optimiser en fonction de la morphologie du porteur et de la pression atmosphérique, selon que vous soyez à la montagne en altitude, au niveau de la mer ou encore en avion (Et non, çà ne fonctionne pas en plongée… 🙂 ).

Pour l’avoir testé dans une salle de télévision, dans un openspace, dans un hall de gare et en train, je peux affirmer que je n’avais jamais été confronté à une telle isolation phonique. D’une part, le Sony s’avère très bien construit et il assure par ailleurs une remarquable isolation passive une fois sur les oreilles. Mais la mise sous tension de l’ANC, correctement réglée en fonction de son environnement, se révèle d’un niveau absolument étonnante et d’une redoutable efficacité. Le processeur HD QN1 dédié à l’ANC fait ici un travail vraiment exemplaire, en s’appuyant sur quatre micros – un à l’intérieur et un à l’extérieur de chaque écouteur.

Pour ce qui est de l’écoute musicale, ce casque haute-fidélité circumaural Bluetooth prend en charge les modes de transmission sans fil les plus courants (SBC/AAC) mais aussi ainsi que les formats aptX, aptX HD et LDAC (1) de Sony.

Les drivers maison de 40 mm de diamètre, fonctionnent dans une dans une plage de fréquences de 4 Hz à 40 kHz, et le casque WH-1000XM3 se voit donc certifié « Hi-Res Audio ».  Ils sont parfaitement optimisés pour l’écoute de fichiers audio haute résolution et diffusent un son remarquablement équilibré, avec des aigus d’une incroyable précision, tout en offrant une scène sonore très large. Les graves, assez présents sans qu’on puisse pour autant qualifier ce casque de « basseux », peuvent s’adoucir depuis l’égaliseur et la fonction « clear bass ».

L’utilisation du casque se voit facilité par des commandes tactiles situées sur l’oreillette droite (volume, lecture/pause, navigation entre les pistes). Ces commandes sont à la fois intuitives et particulièrement fiables et réactives. Le mode Ambient Aware, qui s’active en couvrant l’oreillette droite avec la paume de sa main permet de rediriger les sons alentours vers les écouteurs sans devoir baisser le volume. Bien pratique pour échanger avec un interlocuteur sans pour autant devoir lancer d’autre commande.

La batterie offre une autonomie jusqu’à 30h avec ANC (38h sans ANC) pour une recharge complète de 3h.
Le poids perd 20g par rapport à son prédécesseur et s’établit à 255g.

Un petit bémol cependant à ce portrait plutôt idyllique : après quelques heures, le confort pâtit  à cause des oreillettes un peu trop petites et qui ont tendance à chauffer, et d’un arceau assez resserré et qui fait pression sur le haut du crâne.
Résolument haut de gamme, ce casque ne permet cependant pas d’être appairé avec deux appareils. Impossible donc de répondre à un appel téléphonique depuis un smartphone si on est connecté à une tablette. On aurait apprécié une Bluetooth Multipoint, ce qu’offre son principal concurrent, le Bose QC35.

Pour finir, nous avons particulièrement apprécié ce casque, de par son excellente prestation musicale, tout comme son annulation active de bruit, sans doute la meilleure jamais offerte sur un  casque non professionnel.

A partir de 288€, en argent ou noir.

 

https://youtu.be/TjYCMzvQEQE

 

Spécifications techniques :

  • Diaphragme : 40 mm, dôme (bobine mobile CCAW)
  • DSEE HX : Oui
  • Entrée : minijack stéréo
  • Réponse En Fréquence : 4Hz – 40 000 Hz
  • Réponse En Fréquence (Communication Bluetooth) : 20 Hz – 20 000 Hz (échantillonnage : 44,1 kHz) / 20 Hz – 40 000 Hz (échantillonnage : 96 kHz LDAC, 990 kbit/s)
  • Réponse En Fréquence (Fonctionnement Actif) : 4Hz – 40 000 Hz
  • Fonctionnement Passif : Oui
  • NFC : Oui
  • Longueur Du Cordon : Câble pour casque audio (env. 1,2 m, torons cuivre OFC, mini-fiche stéréo plaquée or)

(1)

Audiophile passionné d'informatique et de mobilité depuis une bonne vingtaine d'années, j'ai débuté avec un Psion (certains se souviennent du 5ème Site et de EpocBoulevard entre 1997 et 2002) et ai possédé à peu près tout ce qui s'est fabriqué comme PDA, pour finalement switcher sur les produits Apple... Geek? Oui! Vieux? Pas tant que çà quand même... Mobian? Assurément et définitivement!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut